Les quatre Instrus

 

 

La guitare est masculine. Elle est l’aventure, l’amie des grandes solitudes et à la fois celle qui relie les sédentaires des châteaux aux troubadours de passage,

Ou des fermiers au cowboy ou au trappeur qui traverse seul un pays avec seulement un cheval et sa guitare.

L’amie de toujours.

La guitare se prend comme une femme à bras le corps, elle s’épouse, et se frotte. Elle crie son rock ou chante son blues, elle pleure ou rit, elle invite à l’écriture, à la composition, elle est la muse et la mémoire du monde et de toutes nos chansons. Elle incarne l’aventure et la jeunesse. Elle séduit et relie les cultures du monde. Elle est partout. Et sous tant de formes : électrique ou acoustique, classique ou bandjo, ukulele ou mandoline… elle joue vraiment de tout.

 

La trompe est virile et si physique. Elle se joue avec les tripes. Elle appelle loin très loin, elle rappelle les temps anciens des seigneurs et des veneurs, elle évoque la forêt, la meute et le gibier. Un symbole si fort, et des décibels qui vous tuent de près, mais qui vous charment par l’écho d’une montagne, un soir au loin. Elle vous bouleverse dans une cathédrale, par le décorum, les costumes et les us et coutumes. Elle ne plaît pas à tous, étant vraiment très folklore, mais quand elle vous a touché, vous ne l’oubliez jamais.

 

Le piano pour moi est allemand. Il a quelque chose de droit, de puissant, d’imposant. Ses marteaux se touchent et frappent des cordes. Vos mains doivent se synchroniser, votre cerveau se dissocier comme à la batterie. Il en impose. Il est le plus grand. Il n’invite pas vraiment au voyage, n’entre dans aucun étui, alors il est la montagne qui reste, et on vient à lui, près de lui, autour de lui, comme dans un hall de gare, où il se prête aux voyageurs de passage. Il ouvre sa bouche et offre ses dents blanches et noires. Quand j’étais petite j’avais peur qu’il ne la referme sur mes mains et me les mange.

 

 

De ces quatre instruments le violon est le plus féminin, le plus aérien,

Le plus léger, comme une aile de papillon que tu déposes sur ta joue,

Et dont tu joues avec finesse si tu ne veux qu’il ne crisse ni ne grince.

Le violon est si petit si fragile, si facile à emporter et à t’emporter.

De vives touches pour te faire danser ou de longs sanglots pour t’émouvoir.

Fais-toi toute petite avec de menus doigts de fée pour le faire vibrer.

Ca y est : premier cours de violon!!!! J'adore!

Des quatre instruments que j'ai appris, ça me semble le plus facile! (alors que j'ai toujours imaginé l'inverse)

Les notes, voire les gammes se font bien plus vite qu'à la trompe! Il y a moins de cordes qu'à la guitare, c'est plus petit, plus doux, moins violent pour la corne des doigts, et on peut jouer une mélodie plus rapidement qu'au piano où la synchronisation des 2 mains et la double lecture clé de sol et de fa, est une réelle gymnastique pour cerveau de blonde!